lundi 26 janvier 2015

Bon Anniversaire Philippe

Cher Ami,

Je sors de mon lit au bout de trois jours de torpeur, terrassée et clouée dedans, par une mauvaise grippe, en me disant, je ne dois pas manquer ton anniversaire ! Non, non et non, ces microbes là, même s'ils m'obligent encore à trembler sur mon clavier - de fièvre ou d'émotion, que sais-je ? - ne m'empêcherons pas de penser à toi.

Tu dois festoyer tes 54 bougies en bonne compagnie, tant de talentueux dessinateurs sont venus te rejoindre ces derniers temps.

J'ai retrouvé au fond de mon téléphone, ce dernier message de toi, que je n'ai pas voulu effacer.
Un petit texto anodin...

Tu nous manques terriblement, à tous...
Tous les jours, à chaque coup de crayon, à chaque passage de pinceau.

Est-ce assez bon ? 
Est-ce assez à la hauteur de ton talent ? 
Même en mettant des talons, en montant mon fauteuil au maxi et en travaillant dans un atelier au grenier, ma question restera sans réponse.

Même si je sens ta présence tous les jours-et pas qu'au sens figuré *!- je n'entend plus ta voix pour me guider.

D'habitude, les anniversaires sont plus gais... Mais il suffit de repenser à tes blagues et ton sourire  pour retrouver le notre.

Bon anniversaire Philippe !




*Valérie m'a gentiment donné les livres de documentation de Philippe sur la complainte et chaque fois que j'en ouvre un, l'odeur de la cigarette qu'il fumait dans son atelier se disperse dans le mien.